Estimation travaux

RESTAURATION DE L’ORGUE DE TRIBUNE DE L’EGLISE DE BAVINCHOVE

L’orgue de Bavinchove est un instrument de belle facture de la Manufacture Delmotte de Tournai. Les matériaux utilisés, et la fabrication de qualité font de cet orgue un exemple très intéressant de l’esthétique et des techniques de facture du début du XXème siècle. Malheureusement, l’instrument a souffert d’un grand manque d’entretien et se trouve à ce jour injouable, le problème principal provenant des sommiers et des commandes pneumatiques des jeux dont le fonctionnement est aujourd’hui défectueux Ci-après, nous exposerons notre analyse de l’état de l’instrument et nos propositions pour restaurer l’orgue, afin qu’il retrouve sa place dans la vie cultuelle, mais qu’il ait également une place dans la vie culturelle. Notre aborderons cette restauration dans le plus grand respect de l’instrument, en utilisant des méthodes et des matériaux permettant un travail de qualité, durable et fiable. Notre établissement dispose d’un savoir-faire et d’un équipement nous permettant de répondre en tous points à la réalisation de ce projet de restauration.

BUFFET-CHARPENTE:

Le buffet de l’orgue, de style néo-gothique, est très soigné et encore en très bon état. Il sera simplement nettoyé et remis en cire, afin qu’il retrouve le lustre qu’il n’a plus aujourd’hui. Les charpentes sont en bon état également. Lors des travaux, les assemblages seront vérifiés. Tous les éléments de structure seront nettoyés puis nourris d’un mélange d’huile de lin et d’essence de térébenthine. Par mesure préventive, on pourra éventuellement utiliser un mélange en égales proportions d’huile de lin, essence de térébenthine et de xylophène. Nous avons appliqué ce mélange lors de nos travaux à l’orgue de chœur de la Cathédrale d’Amiens, et le résultat est très satisfaisant.

ALIMENTATION :

Soufflet du Récit, en très bon état de fonctionnement.

Lors de ma visite, tous les soufflets de l’orgue se sont remplis très correctement. L’état des soufflets est bon et ne nécessite pas de restauration. Le moteur, un ancien modèle très imposant, est bruyant mais fonctionne encore. Il tourne aujourd’hui à l’envers, son sens de rotation a dû changer en raison des travaux d’électricité réalisés dernièrement dans l’église. En option, nous proposons la mise en place d’un moteur neuf, en caisse insonorisée. Il sera de débit et de pression adaptés à l’instrument, soit 8 m3 de débit pour une pression de 120 mm de colonne d’eau. L’ancien moteur sera évacué. Le ventilateur neuf sera placé dans une caisse insonorisée et raccordé aux portevents par un manchon souple avec isolant phonique, ce qui permet également d’absorber les bruits d’écoulement d’air de la sortie du moteur. Le raccordement électrique de ce nouveau ventilateur sera réalisé par un électricien agréé, le facteur d’orgues n’étant pas habilité à réaliser les branchements, pour des raisons de responsabilités. Les porte-vent seront vérifiés dans leur bonne étanchéité. Les collages seront vérifiés, repris au besoin. Les cravates d’étanchéité des coupes seront vérifiées et changées au besoin à l’aide de peau d’agneau parée de premier choix, tannée sans chrome. Lors de la remise en vent de l’instrument, il ne sera laissé aucune fuite, gage de qualité du vent et du fonctionnement silencieux de la soufflerie.

SOMMIER

Les sommiers de l’orgue de Bavinchove ne présentent pas un fonctionnement optimal. Les sommiers de Grand-Orgue et de Récit possèdent  un système de commandes pneumatiques de jeux qui ne fonctionne plus et les cases de chaque jeu ont pour certaines les papiers d’étanchéité déchirés, ce qui fait que des tuyaux de certains jeux fonctionnent malgré le fait que le jeu de soit pas enclenché, et des membranes de notes doivent être collées, ne permettant plus le passage de l’air quand les notes sont jouées, laissant les tuyaux muets. Tous les tuyaux seront déposés et les sommiers seront partiellement démontés.  Le système de commande de jeux actuel sera supprimé, et remplacé par un système traditionnel de registres coulissants, avec tirage électrique. Après dépose des tuyaux et des faux-sommiers, les chapes seront déposées pour laisser les tables apparentes. Nous en profiterons pour tester les sommiers. Si des emprunts sont repérés (passage d’air d’une note à l’autre), il en sera fait part au maître d’ouvrage et il sera éventuellement nécessaire de réaliser une restauration plus en profondeur des sommiers, occasionnant alors un surcout (qu’il faudra chiffrer le moment venu et engager en supplément par un avenant au marché).

Les tables seront nettoyées et vérifiées. Elles seront munies de rondelles de feutre d’enchapage pour recevoir les registres et enfin les chapes. L’étanchéité de l’enchapage sera parfaite, permettant d’avoir un vent maximum aux tuyaux, garantissant une stabilité optimale de l’harmonie et de l’accord général. Afin de pouvoir commander les jeux à l’aide du nouveau système de tirage, nous fabriquerons des registres et faux-registres qui seront parfaitement adaptés aux sommiers. Nous utiliserons du chêne de premier choix, parfaitement sec, pour réaliser ces nouvelles pièces. Les chapes, récupérées et redressées seront installées au-dessus de ces registres. L’enchapage (étanchéité entre les tables, registres et chapes) se fera par rondelles en feutre type Ligelind (feutre tissé) utilisé très fréquemment pour cette opération. Pour parfaire le coulissage, les registres seront graphités. Tout au long de la restauration et du remontage des sommiers, nous procèderons à des tests afin de valider les opérations effectuées sur les sommiers.

Les grands tuyaux de bois, placés sur les côtés, sont commandés à partir du sommier de Grand-Orgue, et fonctionnent grâce à des sommiers pneumatiques annexes. Actuellement, leur fonctionnement est moyen. Ces sommiers pneumatiques seront déposés, ramenés en atelier pour être entièrement restaurés et ainsi retrouver un fonctionnement optimal. Tous les éléments seront vérifiés, remplacés au besoin (petits coussinets de commandes de soupapes,…). Les peaux en bon état seront conservées, celles qui présentent des défauts seront remplacées par de la peau de premier choix. Les tubulures en plomb de commandes seront conservées. Celles qui seraient trop abîmées seront remplacées en copie.

CONSOLE

La console, poste de pilotage de l’orgue, est en bon état général. Les claviers ont encore leurs placages d’origine, parfaitement conservé. Les commandes de jeux et les pastilles en porcelaine sont en bon état. En raison du changement de système de transmission des jeux, la console sera retravaillée pour adapter les nouveaux dispositifs de commande. En tout état de cause, nous ne changerons pas l’aspect extérieur, et prendrons soin de conserver les « touches » de tirage des jeux. Un contact sera installé à l’arrière de ces touches pour commander les moteurs de tirage de jeux. Bien entendu, nous installerons des contacts aussi bien pour le tirage primaire que pour le tirage de la combinaison libre. Des contacts seront installés pour les commandes de Trémolo, d’Appel d’Anches, de Tutti et de Combinaison libre. Les commandes de tirasses et d’accouplement resteront mécaniques. Les combinaisons fixes (petits boutons sous le clavier) ne seront pas remises en fonction.Les claviers, encore en très bon état général, seront nettoyés et vérifiés. Le jeu latéral des touches sera corrigé au besoin, celui-ci pouvant être réglé grâce à des pointes ovales.Le pédalier, bruyant, sera retourné en atelier pour être restauré. Les touches seront démontées et nettoyées. Les feutres permettant de régler le jeu latéral des touches seront changés. Les feutres de butées hautes et basses seront également remplacés. Les ressorts de touches seront réglés afin que la force nécessaire pour jouer soit la même pour chaque touche. Le pédalier fonctionnera aisément, et sera le plus silencieux possible.Le couvercle de la console sera réparé. En effet, les charnières sont cassées et ne permettent plus la fermeture de la console pour protéger les claviers. Les éléments abîmés seront remplacés et le couvercle fermera parfaitement.

TRANSMISSION DES NOTES

La transmission des notes, mécanique pour tous les claviers, est en bon état général. Les abrégés sont encore en bon état et nécessitent un simple contrôle. Les équerres sont encore en bon état de marche et ne présentent pas de jeu excessif. Tous les éléments seront nettoyés et les points de pivot et de rotation vérifiés et lubrifiés au besoin. Une fois les sommiers reposés, on procèdera au réglage général de la mécanique, en partant des sommiers pour rejoindre la console, et en prenant soin de régler parfaitement les armements, afin que la mécanique soit la plus fiable possible et la plus agréable à jouer. Les accouplements et tirasses seront réglés en respectant un léger décalage dans les tirages des soupapes (cascade), afin de diminuer la dureté au toucher lorsque les claviers sont accouplés.

TRANSMISSION DES JEUX

En raison de la complexité et de la fragilité du système pneumatique en place, la mise en place d’un système à registres avec commandes par moteurs se trouve aujourd’hui bien plus adaptée et durable que le système actuel. Les registres neufs seront manœuvrés par des moteurs électriques mis en place en bout de sommiers sur une structure adaptée. Les moteurs actionneront directement les registres. Les solénoïdes seront installés sur une structure solide, en bout de sommier. Il n’y aura donc aucun renvoi mécanique entre les moteurs et les registres, la place en bout de sommier étant suffisante pour installer les solénoïdes dans l’alignement des règles. Plus le tirage sera direct, plus le fonctionnement sera fiable. L’alimentation des moteurs sera en 24V continu. Un redresseur 220V-24V sera installé dans le soubassement de l’orgue. Il alimentera l’ensemble des moteurs. Le câblage de commande se fera de façon discrète, sous gaine. Toutes les connexions seront regroupées dans un tableau, et les schémas de câblage seront fournis et laissés dans l’instrument, ainsi que tous les documents relatifs à ce nouveau tirage de jeux.

TUYAUTERIE:

La tuyauterie de l’orgue de Bavinchove est de bonne facture et encore en bon état de conservation pour le Grand-Orgue mais assez moyen pour le Récit. Le métal utilisé est assez pauvre en étain (aux alentours de 30% d’étain pour 70% de plomb). Tous les tuyaux seront ramenés en atelier pour être nettoyé et restaurés. Compte tenu de leur fort empoussièrement, ils seront tout d’abord nettoyés à l’air comprimé puis lavés à l’eau savonneuse et rincés à l’eau claire. Les entailles seront vérifiées et brunies afin qu’elles soient parfaitement étanches. Dans le cas contraire, cela pourrait nuire à la bonne tenue de l’accord et à la rapidité dans l’émission du son. En effet, les entailles malmenées causent des perturbations et les tuyaux ont alors tendance à mal parler. Les tuyaux bouchés seront vérifiés et l’ajustage des calottes corrigé au besoin si le coulissage des calottes se trouvait trop aisé. Un ajustage assez serrant permet de garantir une bonne étanchéité, donc un bon son des tuyaux, ainsi qu’une bonne tenue de l’accord dans le temps, les calottes ne pouvant alors pas descendre sous l’effet de leur propre poids. Dans l’ensemble, tous les tuyaux à bouche seront nettoyés et vérifiés (suppression des bosses, soudures d’oreilles…).

Les tuyaux à anche seront ramenés en atelier pour être nettoyés. Après avoir relevé les saillies (longueur de sortie des canaux), tous les éléments seront démontés et parfaitement rangés. Les tuyaux seront lavés et vérifiés. Les rigoles et les languettes seront nettoyées à l’ultra-son, afin de décoller les impuretés. Les rigoles seront vérifiées dans leur bon dressage. Les éventuelles rigoles mal dressées seront corrigées à l’abrasif fin sur marbre afin de redonner une parfaite planéité au canal. Cela est primordial pour une bonne harmonie et une bonne tenue de l’accord. Une fois les corps des tuyaux secs et corrigés (suppression des bosses…), on remontera les rigoles et les languettes en respectant les saillies mesurées. Les coins seront remontés et leur bon serrage sera vérifié, et corrigé au besoin. Les rasettes seront vérifiées dans leur bon dressage et leur appui. Ces derniers seront corrigés au besoin. Toutes ces précautions seront le gage d’une bonne harmonie et d’une bonne tenue de l’accord dans le temps. Les tuyaux de bois, très empoussiérés mais en bon état, seront traités en atelier également. Ils seront nettoyés et vérifiés. Pour les tuyaux bouchés, on ôtera les tampons. Les peaux seront systématiquement changées par une peau de premier choix, charnue et souple. On vérifiera la bonne tenue des manches de tampons. Ils seront recollés au besoin. Pour les tuyaux ouverts, on vérifiera le bon appui des plaquettes d’accord. Les lèvres inférieures seront systématiquement démontées pour permettre un nettoyage des blocs.

HARMONIE ACCORD:

Une fois les tuyaux propres et vérifiés, chaque jeu sera dans un premier temps passé au mannequin à l’atelier, orgue sommaire permettant de préparer la sonorité des tuyaux en atelier à une seule personne. En effet, et afin de gagner du temps sur place, chaque jeu sera vérifié dans son bon fonctionnement. Les tuyaux trop lents, trop rapides, trop forts…seront corrigés en atelier, en respectant bien entendu l’esthétique et l’équilibre général du jeu. Une fois sur place, les tuyaux seront remontés sur les sommiers une fois que tous les points de fonctionnement de l’orgue auront été corrigés et l’instrument présentant un fonctionnement optimal. Une fois en place, chaque jeu fera l’objet d’une nouvelle égalisation sur place, afin de corriger les dernières irrégularités et faire que chacun d’entre eux soit parfaitement adapté à l’édifice. Tous les tuyaux seront prompts et les sonorités seront homogènes sur toute l’étendue des claviers. Suite à toute cette phase d’harmonie, un accord général, au diapason relevé au démontage et au tempérament égal sera réalisé.